Merci de prendre connaissance des mesures sanitaires chez [co]motion

 

P'tit Belliveau

Originaire de Baie-Ste-Marie en Nouvelle-Écosse, P’tit Belliveau a grandi dans une communauté francophone insulaire entourée d’anglophones. C’est néanmoins dans sa langue maternelle qu’il a fait sa grande entrée aux Francouvertes en 2019 en étant finaliste auprès de O.G.B. et Alex Burger. Installé à Moncton au Nouveau-Brunswick depuis près d’un an, il garde près de son coeur l’esprit de communauté de son bout de pays. Les lacs, la pêche et la nature s’érigent ainsi au cœur de son inspiration.

La musique a pris racine dans son cœur grâce à la radio communautaire locale de Baie-Ste-Marie où il a cueilli les premières bribes de ce qui deviendrait son essence à lui. On y jouait constamment des musiques faites DIY, ce qui prend vie et s’incarne aujourd’hui dans ses propres sonorités lo-fi, et son désir d’intégrer des drum machines dans une chanson folk ou bluegrass.

Sachant raconter le quotidien comme pas un, P’tit Belliveau décline une musique folk-country aux accents électros inspirés du feel des lecteurs cassettes.


Barry Paquin Roberge

Barry Paquin Roberge. Le triangle de Penrose transposé en sons. La trame sonore apocryphe de l'erotic simulation de Zardoz. Un carburant de substitution pour le P-Funk Mothership. BPR. Trois égos que le réel ne suffit pas à décrire lorsque unis sous une même voûte céleste.

Métensomatose de trois cinquièmes du feu Buddy McNeil & the Magic Mirrors, Barry Paquin Roberge est connu du Montréal nocturne — depuis 406 jours aujourd'hui — comme l'un des plus torrides et excentriques performeurs de la scène souterraine.

Premier album de la formation scénique de six, menée par Étienne Barry (Les Deuxluxes), Sébastien Paquin et Alexis Roberge, le mystiquement nommé Voyage Massage, se déploie là où marcheraient ensemble, main dans la main, le Mac Demarco de 2, le Earth, Wind & Fire de Head To The Sky et le Prince de Controversy; dans un univers musical hors du temps et de l'espace où le soleil serait plaisir, les planètes de son système, autant de sonorités émanant d'un demi-siècle de groove, et leurs innombrables satellites naturels, divers fantasmes assouvis.

Paru en macarons (!) et en digital au Canada sous l'étiquette Costume Records le 7 avril dernier, le sept titres — réalisé par la trinité dans ses propres quartiers dans le but d'assouvir pleinement son désir d'expérimentation —, est aussi étrange et attractif que la transposition en images de son épique ouverture, Panwshop Bargain, signée par le vidéaste Ariel Poupart (Mauve Image).